Dialogue en RD Congo : les blocages persistent, l’hypothèse du référendum refait surface

  • Source: : Webnews | Le 30 janvier, 2017 à 16:01:20 | Lu 1511 fois | 3 Commentaires
content_image

Joseph Kabila, président de la RDC, le 24 octobre 2010 à Montreux.

Les tractations ont duré toute la nuit du vendredi à samedi, au centre interdiocésain de Kinshasa. Au petit matin, le document additif de mise en oeuvre de l'accord politique de la Saint-Sylvestre n'avait toujours pas été signé. Et la piste d'un référendum est de nouveau évoquée.

Près d’un mois après la signature de l’accord politique global et inclusif, le 31 décembre 2016, à Kinshasa, les modalités de son application se font toujours attendre. Les négociations pour aboutir à la conclusion de ce que les protagonistes nomment un « arrangement particulier », peinent en effet à aboutir.

Un accord avait pourtant été trouvé vendredi sur la répartition des ministères du futur gouvernement. Celui-ci comptera 53 ministres, et sera donc plus pléthorique encore que l’équipe gouvernementale en place dirigée par Samy Badibanga. « Les appétits des uns et des autres n’ont pas permis de ne pas franchir la barre symbolique de 50 portefeuilles comme c’était initialement prévu », glisse à Jeune Afrique un expert congolais qui participe aux travaux.

La Majorité présidentielle (MP) et les différents regroupements de l’opposition se sont également mis d’accord sur la composition du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA) dont la direction a été confiée à l’opposant historique Étienne Tshisekedi. La structure comprendra 28 membres dont neuf issus de la MP, six de l’opposition politique signataire de l’accord de la Cité de l’OUA, quatre du Front pour le respect de la Constitution, deux de l’opposition dite « républicaine » rangée derrière Léon Kengo wa Dondo, président du Sénat, et trois de la société civile.

Le mode de désignation de Premier ministre en question

Mais les blocages persistent sur le mode de désignation du Premier ministre. Le Rassemblement de l’opposition brandit l’accord signé fin décembre qui lui donne le droit de désigner un chef de gouvernement et de le présenter au président Joseph Kabila pour nomination. Une procédure rejetée par la MP qui exige la présentation d’au moins cinq noms au chef de l’État.

L’hypothèse du référendum doit sérieusement être discutée, indique un proche de Kabila

Aussi le camp Kabila s’oppose-t-il désormais à la poursuite de l’accompagnement de la transition par la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco, médiatrice des pourparlers en cours). « Ce refus laisse transparaître les velléités de violer le compromis politique trouvé », confie à Jeune Afrique un membre de la médiation.

Les évêques ont demandé de rencontrer le président Joseph Kabila ce samedi pour discuter des derniers blocages. Mais dans l’après-midi, la présidence opposait toujours une fin de non recevoir à cette initiative. « Le chef de l’État travaille sur le dossier de la sécurisation de l’Est », indique un proche de Joseph Kabila qui a requis l’anonymat.

« Dans tous les cas, ajoute-t-il, le président Joseph Kabila constate que la classe politique ne parvient toujours pas à s’entendre sur la gestion consensuelle du pays. Le dernier mot doit revenir au peuple, seul souverain ». Par voie référendaire ? « Pourquoi pas ? L’hypothèse doit sérieusement être discutée », tranche-t-il.

Une source diplomatique à Kinshasa confirme également à Jeune Afrique que des proches du président Kabila évoquent de plus en plus cette piste de référendum. Solange Ghonda, une proche de Kabila et ancienne ambassadrice des enfants auprès du chef de l’État, séjourne actuellement en Europe pour tenter de convaincre les partenaires traditionnels de la RDC de la nécessité de cette option, selon plusieurs indiscrétions.

« Nous avons hâte que le gouvernement issu de toutes les tractations, celles de la Cité de l’OUA et de la Cenco, soit mise en place le plutôt possible », tente de nuancer Bernabè Bin Karubi, conseiller diplomatique du président Kabila. « Le référendum n’est pas une option pour nous : nous voulons aller aux élections », assure-t-il.


Auteur: jeuneafrique.com - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (9)


Anonyme En Janvier, 2017 (17:30 PM) 0 FansN°: 1
Référendum alors qu'ils ne peuvent pas organiser les présidentielles. De qui se moquent on ? Les politiciens Congolais n'aiment pas leur peuple tous sont en train de faire des manœuvres pour rester plus longtemps au pouvoir ou profiter de postes ministériels.



Il ne devrait même pas y avoir de négociation, Kabila devait être mis de cote et un président intérimaire choisi pour organiser les élections dans un an comme cela a ete fait en Centrafrique.



Si cette info est sortie par Jeune Afrique il faut les croire quelque peu car ils sont associes a tous les dictateurs du continent.
Anonyme En Janvier, 2017 (20:53 PM) 0 FansN°: 2
je le dis, on n'a jamais un président bourrique et nul en Afrique comme celui-ci.

il est incapable de parler devant sauf les ministres qui se battent ou se disputent pour parler à sa placer .un président qui fuit sa population du jamais vu.
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 3
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 4
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 5
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 6
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 7
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Die En Janvier, 2017 (21:01 PM) 0 FansN°: 8
Ils vont attendre que les clochards de blancs viennent reg?er leurs problèmes pauvres Congolais??????????????
Anonyme En Janvier, 2017 (21:50 PM) 0 FansN°: 9
les angolais l’appellent un gros bébé,un fils chéri de MUGABE et ZUMA accompagné de son ex-épouse et ex-présidente de l'UA qui ont sapé et se jettent dans les richesses de ce pays.

un président qui a installé la corruption comme un mode de gouvernance.et qui a rendu la rd congo comme au moyen-age. je demande au président MACKY de lui réserver l’accueil comme le roi de MAROC l'a fait au vieux MUGABE car ils ne se respectent pas

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com